Respecter la parole donnée : une exigence pour notre démocratie

Lors des élections cantonales de 2011, je m’étais engagé à ne pas augmenter la fiscalité qui pèse sur les ménages de Loire-Atlantique.

J’ai décidé de ne pas augmenter la part des Droits de Mutations

Face à la montée des dépenses sociales obligatoires des Départements (Revenu de Solidarité Active et Allocation Personnalisée d’Autonomie), le Gouvernement nous a donné en début d’année la possibilité d’augmenter le taux sur les Droits de Mutation à Titre Onéreux (DMTO), plus connus sous le nom de « frais de notaires ».

Malgré cette possibilité, qui représente un potentiel de plusieurs dizaines de millions d’euros, j’ai décidé de ne pas augmenter ce taux. Il restera donc inchangé à 3,8 % en Loire-Atlantique.

Cette décision répond à deux exigences. D’abord une exigence face au pouvoir d’achat aujourd’hui malmené. L’augmentation des DMTO signifiait pour les habitants du Département, et notamment pour les primo-accédants, un coût d’achat supplémentaire pour leur logement. Deuxièmement, une exigence de la parole donnée. Dans une période de défiance vis-à-vis des responsables politiques, c’est par le respect de la parole donnée que le dialogue citoyen peut être restauré.

En agissant ainsi la majorité départementale n’ampute pas le pouvoir d’achat des jeunes ménages accédants et permet au Département de conserver son attractivité.

C’est une décision lourde mais juste. Nous nous étions clairement engagés devant les électeurs de Loire-Atlantique à ne pas toucher à la fiscalité. Promesse tenue !

Ce choix de la responsabilité impliquera inévitablement des réductions de dépenses. Nous nous y emploierons courageusement.

Les perspectives financières pour notre Département

Pour les années à venir, le Département de Loire-Atlantique doit résoudre une équation particulièrement difficile : assurer un service public de qualité tout en faisant face à la hausse des charges et à la baisse des dépenses.

Il est aujourd’hui nécessaire de réaliser des économies pour continuer notre action au quotidien sur les territoires. C’est pourquoi j’ai demandé à l’ensemble des Vice-président(e)s de faire des propositions de redéploiement dans chacune de nos politiques publiques.

Le budget 2014 s’est construit dans ce contexte. Il répond à la fois à une logique de solidarité, pour soutenir les plus fragiles, et d’investissement pour conforter les services publics, stimuler l’économie locale et innover.

Le budget 2014

Le budget 2014 du Département de Loire-Atlantique dans un clip de 2 minutes en cliquant ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos…

Président du Conseil Départemental de Loire-Atlantique, je partage ici tout ce qui fait mon actualité, mes réactions politiques et mes coups de coeur.

Derniers articles