Rapport NDDL : lisez le !

Le rapport du ministère de l’environnement concernant le projet de transfert de l’aéroport de Nantes Atlantique vers le site de Notre Dame des Landes vient d’être rendu public.

Très critique sur la fiabilité des contre-expertises proposées par les opposants, ce rapport invalide tous les scénarios alternatifs échafaudés successivement par ces mêmes opposants pour tenter de discréditer le projet.

Ainsi, la mise en réseau des aéroports est jugée incompatible avec le modèle de développement des compagnies aériennes. De même la création d’une piste transversale sur le site actuel est écartée. Quant au report en TGV vers Paris suggéré un temps par Ségolène ROYAL, il est jugé non pertinent. Enfin le rapport dément le caractère remarquable du site de Notre Dame des Landes sur le plan environnemental.

En revanche, les experts confirment les analyses sur l’évolution des trafics et donc la saturation des installations du site actuel. Ils rappellent qu’en cas de maintien à Nantes Atlantique, l’augmentation des nuisances sonores serait très largement accrue et insupportable pour les habitants de la métropole Nantaise. Ils soulignent également la dangerosité liée au survol de la ville de Nantes et la non conformité des procédures d’atterrissage avec les règlements internationaux. Ils confirment également l’état d’usure de la piste et son incompatibilité avec les normes en vigueur . Ce constat imposerait une fermeture de la piste et nuirait considérablement à l’attractivité du territoire et au développement économique.
Le coût total des investissements nécessaires au maintien sur site de l’actuel aéroport est estimé à 300 millions d’euros. De plus, Cette option nécessiterait de trouver, sur place, une superficie supplémentaire de 32 hectares, essentiellement sur des zones humides, plus 35 hectares pour l’extension de l’aérogare et des parkings dès 7 millions de passagers.

Dans l’hypothèse d’un transfert, le rapport suggère des ajustements sur le dimensionnement des pistes en indiquant la possibilité de réserver des surfaces pour accompagner les évolutions à terme du trafic. Il évoque également un accompagnement renforcé des collectivités locales, ce qui est d’ailleurs prévu dans le cadre d’un contrat spécifique entre l’État, la Région des Pays de la Loire et le Département de Loire Atlantique. Il préconise un transport collectif à haut niveau de service, conforme à la proposition que le Département de Loire Atlantique avait préconisée.
Enfin le rapport suggère dans cette hypothèse de créer un périmètre de protection des espaces agricoles et naturels périurbain (PEAN) pour mieux préserver le lac de Grandlieu.
Tout cela est largement surmontable et ne remet aucunement en cause la nécessité du transfert, bien au contraire.

Le rapport est donc très clair : il n’y a aucune alternative crédible au transfert de Nantes Atlantique vers Notre Dame des Landes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos…

Président du Conseil Départemental de Loire-Atlantique, je partage ici tout ce qui fait mon actualité, mes réactions politiques et mes coups de coeur.

Derniers articles