Transfert de l’aéroport : ma lettre ouverte à Benoît Hamon

Cher Benoît,
Cher camarade,

Le processus de désignation du candidat de la gauche à l’élection présidentielle arrive à son terme. Les électeurs t’ont choisi pour porter les couleurs de notre famille politique et faire gagner la gauche le 7 mai 2017.

Comme je l’avais indiqué, respectueux des suffrages exprimés et des engagements pris, je serai à tes côtés, pour mener la bataille des idées, face à la droite et l’extrême-droite. Mais, comme tu le sais, nous ne gagnerons qu’à la condition d’être rassemblés autour d’un projet partagé.

Comme Président du Département de Loire-Atlantique, il est un dossier que je porte avec la plus grande détermination depuis toujours et pour lequel je serai totalement intransigeant.

L’aménagement des territoires est un enjeu fondamental. L’implantation des grandes infrastructures, qui façonneront la France de demain, est un sujet qui ne peut se balayer d’un revers de la main. Je suis convaincu que l’avenir des mobilités pour les générations futures passe par le développement du transport aérien, notamment des vols continentaux qui relieront l’ensemble des métropoles européennes entre elles. N’est-ce pas au fond une des traductions de notre aspiration à l’idéal internationaliste que les socialistes ont de tous temps poursuivi ? N’est-ce pas la condition de réussite du rêve européen que nous devons aux jeunes qui t’ont massivement encouragé ? Je sais qu’il existe là un vrai choix de société à trancher. J’ai toujours étudié avec attention les arguments des opposants au transfert. J’ai toujours respecté le débat d’idées et les opposants quand, eux-mêmes, étaient respectueux du droit. Je crois cependant que ce dossier a été très largement débattu, et que, au fil du temps, les arbitrages ont confirmé sa légitimité.

Les élu-es, responsables des exécutifs locaux de l’ouest, partagent depuis des années, cette même conviction, d’un nécessaire déménagement de l’aéroport de Nantes-Atlantique. Implanté avant la seconde guerre mondiale, celui qu’on appelait aéroport de Château-Bougon, est aujourd’hui encerclé par une métropole en plein essor, où il nous faut conjuguer développement économique, qualité de vie des habitant-es et préservation de nos ressources naturelles. La raréfaction du foncier disponible, combinée à notre responsabilité d’offrir aux habitant-es la capacité à vivre près de leur lieu de travail, donc là où sont les activités industrielles et de services, est une priorité. Libérer de l’espace au sein même de la métropole nantaise est le seul moyen de lutter efficacement contre l’étalement urbain. C’est là un enjeu à plusieurs décennies que nous ne pouvons pas éluder, au risque d’imposer aux générations futures notre inaction.

Le projet de transfert n’est pas non plus celui qui oppose au quotidien les habitant-es, ici en Loire-Atlantique. Comme partout, ils parlent prioritairement emploi. Ils sont attentifs à l’éducation des jeunes, à la possibilité de trouver une formation, de faire des études. Ils veulent un logement au sein duquel ils espèrent vivre bien. Faire de ce dossier un enjeu national clivant est une erreur. Il induirait que nous fassions de même pour tout projet d’aménagement de territoire. Je ne crois pas à la théorie des « grands projets inutiles et imposés ». Chaque projet de construction de routes, de réalisation de grands ensembles, de déploiement du numérique ou de parcs éoliens aujourd’hui, connaît ses détracteurs. C’est pourquoi il faut raison garder.

Les électeurs de Loire-Atlantique ont toujours fait confiance à des élu-es locaux qui soutenaient le transfert. C’est donc en leur nom que nous agissons pour l’avancement de ce projet. Les décisions de justice ont toujours donné raison aux promoteurs du dossier, cent soixante-dix décisions, toutes favorables au transfert. C’est respectueux de l’état de droit et de ses conclusions que nous portons ce dossier. Le 26 juin 2016, une consultation, souhaitée par le Président de la République, a clarifié définitivement l’avis des habitant-es de Loire-Atlantique. Forts d’une mobilisation exemplaire de plus de 50 %, ils ont voté OUI au transfert à 55 %.

Cher Benoît, ce sont 500 000 électeurs-trices du département qui se sont alors déplacés. Lors du second tour des primaires de la gauche, seulement 62 000 électeurs-trices ont pris le chemin des urnes dans notre département. Loin de remettre en cause ta légitimité, je souhaite attirer ton attention sur ce qui doit être notre ligne de conduite collective : le respect de la parole publique, le respect de la démocratie locale, le respect des décisions de justice, le respect des habitant-es, rien de plus, rien de moins. Tu ne peux prétendre à exercer les plus hautes responsabilités dans notre pays en niant ces principes fondamentaux.

Tu as fait le vœu pour les jeunes de notre pays de leur offrir un futur désirable. L’aménagement du territoire doit être une composante de sa construction. Permettre l’avènement de métropoles françaises fortes de tous les services utiles à la jeunesse, garantir le droit aux libertés de se déplacer, d’aller et venir, est une pierre indispensable à cet avenir que tu souhaites, pour les jeunes générations, ré-enchanter.

C’est pourquoi je te propose de venir en Loire-Atlantique, terre de l’ouest de l’Europe qui t’a vu naître, afin de mieux prendre en compte les enjeux de ce projet, de constater la vitalité de notre territoire, de mesurer l’optimisme des habitant-es et la confiance qu’ils ont dans l’avenir que nous leur proposons. L’histoire de notre Département se mêle avec celle de notre famille politique. Je suis certain que cet éclairage te permettra de porter un autre jugement sur ce projet, et qu’il te sera utile pour remporter la victoire en 2017.

Philippe Grosvalet


9 commentaires

Joviot , le 30 janvier 2017

Après le référendum et les décisions de justice, entendre M Hamon dire froidement qu’il annulera la DUP s’il est élu est extrêmement choquant, méprisant et inacceptable.

guiraud , le 30 janvier 2017

j’ai voté pour un candidat prônant plus de démocratie locale, le voir remettre en cause le referendum de notre dame des landes me scandalise. C’est afficher un mépris flagrant pour la voix du peuple. On crois en vous , ne sombrez pas dans la démagogie.

Julien , le 30 janvier 2017

Quand on regarde les résultats des électeurs sur la Loire Atlantique.
Un rejet massif de valls et de la trajectoire politique qui va avec, est clairement affiché de la part des électeurs.
Je pense que continuer dès aujourd’hui à vous obstiner sur le dossier de l aéroport de notre dames des landes ne sert pas du tout le partie socialiste.
Au contraire, cela confirme l’idée que lors du référendum, un majorité des électeurs de droite ont voté pour à l’inverse des électeurs PS.

GUILLARD France , le 30 janvier 2017

Comment ne pas parler agriculture, santé, respect de tous les citoyens du monde.
Un vote très restrictif, que les proches de Nantes Atlantique ( pour bien sur) et autour ?
Multinational, pourquoi ne pas avoir fait un vote général de toute la FRANCE?
Pourquoi vouloir transférer les nuisances ailleurs en prenant de bonnes terres agricoles ?
Nous sommes déjà obligés à acheter des produits étrangers couvert de pesticides, les OGM vu que nous les moins aisés ne pouvons nous offrir autres choses plus saines, du terroir sans parler du BIO, un logo, pas une assurance de bonne qualité.

Les nuages toxiques venus d’on ne sait où ne sont pas stoppés par des ” petites mains” qui empêcheraient de retomber au sol.

Dans le LARROUSSE de références, il est bien écrit:

*** projet: ” ce que l’on a l’intention de faire, avec devis”

*** pas ce que nous feront ! quelque chose d’acquis !

Un abus de pouvoir fait par VINCI en donnant de l’argent que certains dans la panique ont acceptés, mais qu’ils veulent rendre et rentrer CHEZ-EUX.

Il n’y avait rien d’acquis donc rien de conclus, le projet caduc dans quelque temps.

Pensez vous réellement que le futur Président de 2017 sera de gauche ?

Pas après le “règne” catastrophique de Monsieur François HOLLANDE.

Il s’est détruit lui-même, mais il a entraînée toute la gauche dans le ravin.

Il va falloir du temps aux Français pour oublier.

Je vous connais du temps ou vous étiez plus sur Saint-Nazaire, j’ai beaucoup de respect pour l’homme, mais je ne suis pas souvent en accord avec ce que vous voulez faire.

Apolitique, mais je m’intéresse quand même à ce qui se passe dans ma région, l’endroit ou je vis, mon Pays, trop déçue depuis trop longtemps.

Je n’ai jamais entendu quelqu’un dire qu’il ou qu’elle allait faire en sorte que l’égalité entre homme et femme soit appliquée sur les retraites.

* un homme veuf reçois une retraite entière.

* une femme veuve ou seule tout est divisé par 2 !!

Nous ne pouvons plus nous soigner correctement, mais nous sommes ” ponctionnées” par les mutuelles autant que les autres et de + en + chères !

Ne sachant pour qui voter, je ne sais pas si j’irais faire le déplacement.

Pourtant c’est un Droit très important pour nous les FEMMES.

Ayez un peu plus de considération pour les femmes en général, mais surtout pour les femmes seules avec des retraites de honte !

Nous ne demandons pas l’aumône, mais la JUSTE RECONNAISSANCE DE NOS DROITS.

Très respectueusement,

Mme GUILLARD France.

BIDET Thierry , le 31 janvier 2017

J’habite à RENNES, je trouve que Mr Benoît HAMON a tout à fait raison de remettre en cause la DUP concernant notre Dame Des Landes puisque, le vote effectué en Loire Atlantique, n’est pas des plus démocratique, la région Bretagne participe au financement il semble que dans ce cas nous aurions du être consulté, mais vu le résultat probable , vous vous êtes bien dispensés de cette consultation… c’est vraiment très dommage. Je ne comprend pas votre démarche de vouloir mettre chez vos voisins ce que vous trouvez gênant pour vous, c’est un superbe cadeau à leurs faire, c’est peut être ce quel’on appel le civisme… malgré tous ces désagréments je reste fidèle au PS, mais évitez de polluer d’autres terre, il y a assez de bitume sur notre territoire.

grihon , le 31 janvier 2017

mr Grosvallet fait du chantage à B.Hamon à propos de NDDL, personne ne le retient, qu’il rejoigne donc Macron qui est de gauche comme chacun sait et ainsi, grâce à mr Grosvallet et aux siens, le PS pourra écrire ” Hollande m’a tuer…”
quant à vouloir expliquer encore et tjs pourquoi NDDL est néfaste, inutile avec des gens qui en sont encore à l’âge de pierre sur les questions environnementales.

LEROY , le 31 janvier 2017

Depuis le temps que dure cette “joyeuse” comédie, n’aurait-il pas été judicieux de rechercher activement un autre site ne serait-ce que pour répondre à la loi sur les études d’impact qui demande en général des solutions variantes au-delà d’un seul nouveau site et du site initial ?

paullejardinier , le 1 février 2017

Aucun état d’âme, la ” convergence des luttes ” théorisé par la résistance environnemental si méprisé par la classe politique de tout poil est en action et balaye tout sur son passage, maintenant on attend sir ” Retailleau ” revenir à ” Nantes Atlantique” la queue entre les pattes , aller sans rancune on lui fera une haie d’honneur avec l’Ajonc de Bretagne de Notre-Dame .

paullejardinier , le 2 février 2017

Ah! C’est politique nous interdire à nous ce qu’il font eux même , je m’explique : Tout d’abord la ” consultation ” n’a aucune valeur juridique surtout face à l’enjeu environnemental auquel nous somme confronté, ensuite il y à eu des primaires populaire , des élus de plus en plus nombreux de “gauche – droite” & “droite – droite” ( de toute façon on ne sait plus ) ne sont pas satisfait de leur candidat élu donc menace de partir chez Macron ou de le remplacer , la démocratie des ” élites ” ne doit être celle du peuple ! Sans doute …
Petit détail d’histoire-géo, Notre-dame des Landes n’est pas à l’Ouest de l’Europe mais au Sud de la Bretagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos…

Président du Conseil Départemental de Loire-Atlantique, je partage ici tout ce qui fait mon actualité, mes réactions politiques et mes coups de coeur.

Derniers articles