La laïcité est une conquête permanente

Ces dernières semaines, des attaques ont été commises en France dans le but de mettre à mal les valeurs de notre République, au premier rang desquelles : la laïcité. Je pense, bien sûr, à l’assassinat abject de Samuel Paty. Je pense aussi à toutes les prises de position qui remettent en cause la liberté d’expression, et donc menacent la laïcité.

L’Histoire nous l’a montré, la laïcité est une conquête permanente. « Tout recul et toute somnolence de la République a été une diminution ou une langueur de la laïcité », disait Jean Jaurès. Il est de notre devoir d’élu.es de la République de la défendre jour après jour. Il est de notre responsabilité de tout mettre en œuvre pour que nous vivions et transmettions aux générations futures ses principes et ses valeurs.

En Loire-Atlantique, nous sommes particulièrement attachés à cette liberté fondamentale que nous devons notamment à Aristide Briand, grande figure politique de notre département. Rapporteur de loi de séparation des églises et de l’État adoptée en 1905, Aristide Briand s’est battu pour qu’en France chacun.e soit libre de croire ou de ne pas croire, de pratiquer une religion ou d’en avoir aucune, sans autre limite que le respect de l’ordre public.

La laïcité est une chance, un héritage magnifique qui nous a permis d’inscrire dans nos lois la tolérance, le respect de l’autre, de ses convictions et de ses croyances. C’est parce que notre République est démocratique et laïque que la liberté, l’égalité et la fraternité sont possibles. La laïcité nous permet de faire société.


3 commentaires

ALWENA , le 4 juin 2021

Silence assourdissant en Loire-Atlantique

Le vendredi 28 juin 2021 une attaque de la même nature que celle de Samuel Paty a eu lieu à La Chapelle sur Erdre à 10 heures du matin, à l’heure d’ouverture du poste de Police Municipale.

Le policière, Katell, s’en est sortie grâce à son courage et à quelques réflexes de survie probablement issus de son excellent niveau en arts martiaux.

Elle a été agressée au couteau, par derrière, à hauteur de la tête, sans aucun motif puisqu’elle ne connaissait pas son agresseur qu’elle n’avait jamais croisé. Elle était simplement une femme, policière. Ce double motif a semblé suffire pour faire d’elle une “cible de choix”.

Question : si un jour vous deviez apprendre que l’assaillant était détenteur d’un couteau de chasse (et non pas d’un simple couteau de cuisine), puis avait un coran et un chapelet dans ses affaires (dans un sac à dos avec lui par exemple), s’était radicalisé avant de se faire passer pour fou en prison sur le tard (de sorte à pouvoir bénéficier de l’excuse d’absence de discernement en cas d’attaque avortée), et avait prévu de revendiquer son forfait uniquement s’il était parvenu au même résultat que celui obtenu avec Samuel Paty, alors est-ce que les élus de Loire Atlantique seraient prêts à organiser une manifestation pour dénoncer ce 1er acte odieux de TERRORISME islamiste sur le sol de notre région ?

Mieux : est-ce que les élus de Loire-Atlantique seraient prêts à réfléchir à mettre en oeuvre des mesures de sécurité passive et active telles que celles déployées depuis des années dans des démocraties où les attaques au couteau étaient elles aussi courantes ?
exemples : sas d’entrée, vitres blindées, obligation de port de gilets pare-lames pour les policiers même si cela coûte plus cher, profilage des fichés RI, refus des excuses psychiatriques pour les sujets s’étant précédemment radicalisés en prison ou sur internet…

Je crois me souvenir que plusieurs internautes vous avaient mis en garde en 2014-2015 contre la montée du séparatisme lié à l’islamisme radical, au moment où ce sujet était nié au profit d’une lutte de tous les députés de la majorité contre un autre séparatisme : celui des régions (Bretagne et Alsace). Le Président de Région Pays de la Loire avait même adressé une lettre en ce sens au Président de la République François Hollande.

Mais objectivement ouvrez les yeux : le vrai danger de séparatisme dans notre société est ailleurs.
Je vous souhaite de ne jamais avoir à y faire face de près.
Mais il se rapproche tout doucement, quoi qu’en disent certains élus (et médias qui ne font que suivre) en requalifiant les événements survenus le 28 juin 2021 à La Chapelle sur Erdre, en LOIRE ATLANTIQUE, en simple “fait divers”.

Nous verrons bien, le moment venu, ce que l’instruction dira.
Et j’espère que vous prendrez le temps de rencontrer cette policière, un jour : elle vous expliquera le fait divers qu’elle a vécu.

Bien à vous,

François , le 7 juin 2021

Pour information, la journaliste Barbara Lefebvre a relevé à l’issue de son enquête (publiée le 31/5) l’élément suivant, qui laisse planer un sérieux doute quant à la thèse du “fait divers” retenue par le pouvoir politique, le procureur de la République et les élus locaux :

“Dans le cas de Ndiaga Dieye (assaillant de la policière de La Chapelle sur Erdre), il a été diagnostiqué schizophrène à l’âge de 35 ans, alors que trois ans auparavant, les experts qui l’avaient rencontré pour son procès d’assises n’avaient relevé aucun trouble psychique. C’est un cas assez singulier quand on sait que l’entrée en schizophrénie se déroule entre 15 et 25 ans en moyenne et qu’on ne devient pas gravement malade du jour au lendemain”.

ESTHER , le 8 juin 2021

Attentat à La Chapelle sur Erdre

Monsieur le Président du Conseil Départemental,

Près de 10 jours après la tentative d’égorgement de la policière municipale de La Chapelle sur Erdre, avez-vous pu communiquer avec les autorités (Procureur, Ministre, gendarmes, victime hospitalisée) pour vous faire une idée sur cet acte qualifié par beaucoup d’élus de fait divers impliquant un schizophrène ?

Avez-vous pu avoir une réponse à la question posée par Alwena : qu’y avait-il dans le sac de l’assaillant ?
Y avait-il un coran ?
Y avait-il un mala ou un tasbih ?
Y avait-il un couteau destiné à la décapitation ?

Nous avons besoin de savoir. Soyez curieux s’il vous plait.
Seul un éclairage complet permettra d’éviter des erreurs de diagnostic de la situation, et évitera la défiance qu’ont les français des partis traditionnel et la tentation de voter contre eux (les français votent toujours “contre” quelqu’un vous le savez bien).

Enfin, pour toutes celles et ceux qui sont de gauche, nous le devons pour la victime Katell.
Personne ne peut garantir qu’elle pourra reprendre son travail comme avant. Or c’était sa raison d’être.
Ce serait une telle injustice qu’elle ne puisse bénéficier du fond d’indemnisation des victimes d’attentats terroristes, parce qu’un pouvoir politique a donné consigne à un Procureur de minimiser les faits en les qualifiant de fait divers… Défendez les plus humbles svp. Katell en fait partie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos…

Président du Conseil Départemental de Loire-Atlantique, je partage ici tout ce qui fait mon actualité, mes réactions politiques et mes coups de coeur.

Derniers articles